Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

TEST : Seymour Duncan Perpetual Burn signature Jason Becker

Et hop, un petit colis qui vient d'arriver ! Et on peut dire que je piaffais d'impatience de le recevoir celui-ci ! Et à l'intérieur se trouve... un micro Seymour Duncan, et pas n'importe lequel : le Perpetual Burn, qui est le micro signature de Jason Becker ! Cela fait plusieurs années que j'attendais une opportunité de pouvoir m'en procurer un. D'abord il a mis beaucoup de temps à être disponible en Europe, et ensuite il était vendu à des prix complètement abusé ! Et avec l'augmentation récente du prix des micros guitares, ce n'est pas prêt de s'arranger !!!

Alors pourquoi j'ai longtemps attendu de pouvoir essayer ce micro ? Pourquoi un micro signature m'a tant fait de l'oeil ? Et surtout, comment et pourquoi a-t-il été fabriqué ? Et bien pour répondre à toutes ces questions, je vais d'abord vous parler du grand guitariste qui est à l'origine de tout : monsieur Jason Becker !

TEST : Seymour Duncan Perpetual Burn signature Jason Becker

L'ascension d'un prodige

 

Jason Becker est né le 22 juillet 1969 aux USA. Dès l'âge de 5 ans, il devient littéralement accro à la guitare, et commence à jouer presque 10 heures par jour en autodidacte.

A l'instar d'un certain Eddie Van Halen, il développe une puissante attaque main droite avec son médiator, lui donnant une grande dynamique dans le son qu'il déploie. A 16 ans, il est capable de jouer le 24eme caprice de Paganini.

En 1985, Jason rencontre au lycée celui qui partage sa passion viscérale de la guitare : Marty Friedman qui deviendra plus tard célèbre comme guitariste soliste de Megadeth. Jason et Marty partagent tous les 2 la passion pour le shred, le thrash, et le néoclassique, tout en ajoutant une petite touche de prog et de modernisme. Le duo s’appellera Cacophony et enregistrera un premier album « Speed Metal Symphony » en 1987, puis l'année suivante « Go Off » qui est moins thrash et plus mélodique. Le succès mondial est immédiat !

 


Malgré ce succès, les 2 compères partent naviguer chacun de leur coté. Et c'est encore en 1988 que Jason, tout juste 19 ans, va sortir son premier album solo nommé « Perpetual Burn » que je vous recommande vivement d'écouter si vous ne l'avez pas encore fait.

 

La renommée de Jason devient si forte que la marque de guitare CARVIN s’intéresse au jeune prodige et lui fabrique une guitare selon ses désidératas qui deviendra des années plus tard un modèle signature. Mais ça, on en reparlera plus tard...
 

En 1990, à 20 ans seulement, il est élu par les lecteurs de Guitar Magazine comme meilleur nouveau guitariste et le comparent régulièrement à Yngwie Malmsteen. Et le public n'a pas tort ! Fortement influencé par la musique classique depuis toujours, Jason joue néanmoins dans un style moins caricatural et plus moderne que ce dernier.

La légende veut d'ailleurs que depuis 1987, Jason ait essayé plusieurs fois de rencontrer Yngwie pour avoir son avis sur son travail... Ce sera sans succès, car le suédois volant refusera catégoriquement d'entendre parler de Jason avec un mépris non dissimulé... Du vrai Yngwie quoi... 🙄

Yngwie Malmsteen exprimant ouvertement son avis sur les autres musiciens

 

En 1991, David Lee Roth, l'ancien chanteur de Van Halen partit faire carrière en solo, doit sortir un nouvel album. Problème, son guitariste, un illustre inconnu nommé Steve Vai, est parti faire carrière dans son coin.

David Lee Roth et Steve Vai

C'est une aubaine pour Jason qui se voit proposer le poste de gratteux officiel de Roth. Sa carrière va donc prendre un nouveau tournant et le propulser au firmament des rock stars connues de l'époque.

Il va composer les parties de guitares pour l'album « A little ain't enough » dans un style moins shred et plus hardrock qu'il accomplira avec brio.


C'est pendant les sessions d'enregistrement de cet album que Jason va découvrir un nouveau son qui va l’intéresser. Le producteur de l'album est Bob Rock (connu pour ses productions pour Motley Crue, Bon Jovi, et plus tard Metallica sur le mondialement connu black album). Bob arrive un jour au studio avec une Gibson Les Paul dont le micro aigu a été remplacé par un Seymour Duncan JB, le désormais fameux SH4.

Bob Rock

 

Dès qu'il entend le son du micro, Jason est fortement impressionné, et commence à entrer en contact avec Seymour Duncan pour parler d'une ébauche de micro signature en prenant pour base le SH4. Tout le monde est enthousiasmé par ce projet. Quelques mois plus tard, Seymour envoie 6 micros de tests à Jason pour qu'il puisse tous les essayer afin de décider lequel sera sélectionné pour partir en production.

Seymour Duncan

 

L'horizon semble radieux pour Jason : il fait partie du show-business avec un artiste mondial, il succède à Steve Vai, il a de la renommée, et les grandes compagnies commencent à vouloir fabriquer du matériel pour lui... Sauf qu'en réalité, Jason porte un lourd secret qu'il ne va plus pouvoir cacher très longtemps.

 

Une maladie fulgurante

 

En mai 1989, un peu avant d'auditionner pour David Lee Roth, Jason se réveille pendant une nuit avec une terrible douleur au niveau du mollet gauche qui va remonter tout le long de la jambe. Il ne pourra pas en dormir du reste de la nuit. Le lendemain, la douleur a disparu mais son mollet gauche ne semble plus aussi tonique que le mollet droit.

 

Quelques temps plus tard, il s’aperçoit que son sens de l’équilibre n'est plus très stable, et il lui arrive régulièrement de chuter d'un coup, ou de sentir des fourmis dans les articulations de ses mains. Voyant ces problèmes augmenter, Jason doit consulter des spécialistes au mois de novembre 1989.

Après quelques examens, un terrible verdict tombe : Jason a une sclérose latérale amyotrophique, mieux connue en France sous le nom de la maladie de Charcot. Cette maladie neurodégénérative ne se manifeste en général qu'à partir de 50 ans, mais certains cas assez rares comme Jason voient cette maladie se déclencher bien plus tôt. Les médecins donnent comme pronostic à Jason un reste à vivre de 3 à 5 ans.

Et si par miracle il survit au-delà, la maladie gagnera très vite du terrain et le rendra définitivement handicapé de tous ses membres, faisant de son corps une véritable prison pour son esprit. Et la pire nouvelle est que cette issue arrivera fatalement, sans espoir de voir un traitement ou une amélioration possible. Jason et ses parents sont dévastés à cette annonce!

 

Essayant de profiter au maximum de chaque jour où il peut encore jouer normalement, Jason arrive tant bien que mal à finir l'enregistrement de l'album de David Lee Roth. Il jouera avec des tirants de cordes de plus en plus souple pour y parvenir. Mais sa condition s'est tellement dégradée qu'il doit renoncer de partir en tournée avec le groupe pour défendre l'album.

David Lee Roth et Jason Becker

 

La maladie va devenir très rapidement agressive, et tous les membres de son corps se paralysent complètement. Il ne peut plus parler, ni sourire, ni avaler. N'ayant plus assez de muscles toniques pour respirer automatiquement, Jason va se faire opérer en urgence pour une trachéotomie.

 

Il retourne vivre chez ses parents qui vont le soutenir le plus possible en s'occupant de lui en permanence. Le père de Jason va construire un appareil relié à un ordinateur qui servira à son fils pour communiquer via un système de reconnaissance oculaire. Grace à cela, Jason pourra non seulement communiquer, mais il pourra aussi essayer de continuer de composer de la musique grâce à la MAO. En 1996, Jason sort l'album Perspective. On peut noter la présence de son ami Michael Lee Firkins sur cet album.

Notez l'ironie : un fauteuil roulant en bas à droite de la pochette..

 


Néanmoins, tout est désormais compliqué dans la vie de la famille Becker. Et quand un artiste ne donne plus trop de nouvelles ou ne sort pas de projet régulièrement, le public a tendance à vite l'oublier. Même le projet de micro Seymour Duncan signature semble avoir été enterré. Tout paraît fini pour Jason... Mais un petit miracle va avoir lieu.

 

La résurrection d'un projet

Jason est paralysé, mais il se bat pour rester actif en musique. En 2012, son grand ami Michael Lee Firkins lui rend visite et tente de le convaincre qu'il serait peut-être possible de créer un ampli guitare signature Jason Becker avec le son qu'il aimait bien.

Michael Lee Firkins

Malgré quelques tests avec Michael jouant la guitare, le son ne convainque pas Jason. C'est alors qu'il propose à Michael d'essayer une guitare sur laquelle était installé un des prototypes de micro de chez Seymour Duncan qui dormait depuis toutes ces années avant que la maladie de Charcot ne devienne trop importante.

A gauche et au milieu : des guitares HORIZON dont la marque a désormais disparu. A droite : un prototype fabriqué par PEAVEY qui devait donner lieu à un modèle signature de série.

 

Michael Lee Firkins branche la guitare ; et là, c'est la révélation sonore ! Le son rappelle énormément celui de la grande époque. Jason décide de se faire aider pour recontacter Seymour Duncan et propose de valider le projet qui était resté en suspend depuis toutes ces années. Le projet repart de là où il s'était arrêté et c'est en 2014 que sortira enfin le Perpetual Burn.

 

 

Avec un niveau de sortie de 12,11 kilo, ce micro est un cousin du SH4 puisqu'il a lui aussi un aimant en alnico5. Mais le Perpetual Burn est un peu moins puissant, plus clair, avec plus de graves et moins de médiums que son ainé. Jason voulait un SH4 mais qui puisse sonner avec suffisament de gain pour jouer lors des parties en note à note, mais qui reste bien défini lorsqu'on joue avec des accords un peu complexes.

A gauche, les spécifications du SH4. A droite, celles du Perpetual Burn

 

De plus, il fallait que ce micro puisse sonner assez bien en son clair, et ne pas avoir ce coté « coassant » dans le haut-médium. Seymour Duncan le recommande pour jouer du rock, du blues, et de la fusion. Petit détail intéressant : les micros de chez Seymour Duncan ont d'habitude une référence en plus du nom : SH4 , TB11, etc... Mais le Perpetual Burn n'a que son nom et aucune référence chiffrée, juste le mot « Becker » à l'arrière. D'ailleurs si quelqu'un sait pourquoi, n'hésitez pas à me le faire savoir.

Pas de référence? Que le nom? Ah bon...

 

Pour entendre la réelle comparaison sonore entre le SH4 et le Perpetual Burn, et connaitre mon avis personnel sur ce micro, je vous laisse voir la vidéo ci-dessous :

 

 

J'espère que ce mini-reportage vous aura plu, et que vous aurez apprécié aussi le test sonore de ce micro. Comme vous pourrez entendre, ce micro a sa propre personnalité. J'ai été particulièrement heureux de pouvoir rappeler que Jason continue de se battre contre la maladie, mais aussi qu'il continue de faire vivre sa passion qu'est la musique.

A très bientôt!

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article